Andrée de Jongh
Andrée de Jongh

    Elle porte bien le surnom dont l'a affublé son père, "Petit Cyclone". Dessinatrice en publicité à Malmédy (Belgique) et infirmière diplômée, elle s'engage en mai 1940 dans la Croix Rouge. Elle est affectée à l'hôpital militaire de Bruges. Début 1941, elle se trouve à Bruxelles où elle prend une part active à la formation d'une chaîne de solidarité pour recueillir, héberger, nourrir et vêtir en civil des soldats britanniques. Après l'arrestation d'Arnold Deppé, elle dirige seule l'organisation du réseau Comète. Recherchée par la Gestapo en Belgique, elle s'établit à Valenciennes puis à Paris. Aux côtés de Florentino Goicoechea, elle participe elle même à l'évasion de 118 aviateurs en 33 passages. Arrêtée le 15 janvier 1943 à Urrugne, elle survit à la déportation à Ravensbrück. Après guerre, elle consacre sa vie à l'action humanitaire comme infirmière dans les léproseries du Congo Belge, du Cameroun et en Ethiopie. Elle reçoit du Roi des Belges le titre de Comtesse. Sa sœur a été déportée et son père a été fusillé.
  Elle est décédée le 13 Octobre 2007 à Bruxelles au terme d'une existence exceptionnelle qui aura dans l'avenir valeur d'exemple. (Lettre de SAN SEBASTIAN)

Florentino Goicoechea
Florentino Goicoechea

    C'est le passeur de légende du réseau Comète, mais il assure cette fonction pour d'autres réseaux également. Né à Hernani (Espagne) en 1898, réfugié à Ciboure depuis l'invasion franquiste du Pays Basque espagnol (1936), les petits boulots et la contrebande sont son quotidien. Fils de paysan, à l'allure physique imposante, d'une endurance exceptionnelle, il accompagne des groupes (moins de dix personnes) de la ferme "Bidegain Berri" à Urrugne jusqu'à Oiartzun aux portes de San Sebastiân. II les conduit à pied, de nuit, et rentre à l'aube avec des courriers destinés à la Résistance. II passe 227 aviateurs alliés, principalement anglais, canadiens et américains. Blessé en montagne par une patrouille, il est arrêté le 6 juillet 1944. Vingt jours plus tard, il est enlevé à l'hôpital de Bayonne par un groupe de la résistance locale. Les plus hautes distinctions britanniques, belges, françaises lui sont décernées. La nationalité française lui est accordée en 1965. Décédé en 1980, il est inhumé au cimetière de Ciboure.
Elvire de Greef
Elvire de Greef

           La plate forme basque
 
    Elvire de Greef, alias "Tante Go", belge réfugiée à Anglet avec sa famille, assume la responsabilité de Comète Sud de 1941 à 1944. Son époux travaille à la mairie d'Anglet comme chargé des relations avec les autorités d'occupation. II y obtient de multiples complicités dont celles de François Dommain, maire d'Anglet révoqué par le régime de Vichy en juin 1941, de ses deux filles et des services municipaux. Elvire tisse les mailles du réseau Comète pour le Pays Basque.
  D'abord à Anglet et Bayonne autour d'Edouard Dassié "Jean", contrôleur des Postes, amputé de guerre (14-18), aidé par son épouse Marthe et sa fille Lucienne (15 ans), tous trois arrêtés en mars 1943 et déportés. Elle s'appuie aussi sur Léontine Danglade et Marthe Mendiara, la première est épicière et la seconde aubergiste à Anglet. L'autre partie basque du réseau est à Ciboure et Saint Jean de Luz.

Kattalin Aguirre

    Elle s'articule autour d'une veuve de guerre de 45 ans née à Sare, Catherine Aguirre, dite Kattalin. En contact avec les réfugiés basques espagnols, elle travaille déjà pour plusieurs réseaux, passe du courrier, héberge et nourrit les évadés. Sa fille "Fifine", âgée de 14 ans, la seconde, ainsi qu'une voisine, Gracie Ladouce. Celle-ci, employée au service du ravitaillement à la mairie de Ciboure, fournit des cartes d'alimentation. Comme Florentino Goicoechea, Kattalin Aguirre a reçu après guerre la Légion d'Honneur, la Médaille Militaire, la Croix de Guerre avec étoile de vermeil, la Médaille de la Résistance et les plus hautes distinctions belges et britanniques. Décédée en 1992, elle est inhumée à Ciboure.
Franco
J.F. Nothomb

  

  L'arrestation d'Andrée de Jongh contraint son adjoint pour la Côte Basque, Jean François Nothomb, alias "Franco", un prisonnier de guerre belge évadé en 1941, à établir de nouveaux trajets. Sa mission débute mal puisqu'il est arrêté en Espagne mi février 1943. Libéré par appuis diplomatiques, il refuse de gagner Londres et revient en France. Bien sûr, il met en sommeil provisoirement la ligne d'Urrugne et en crée une à partir d'Espelette et Larressore, et une autre par Souraide Dancharia puis Sare. Pour tromper la surveillance dans les gares, les évadés descendent à Bordeaux, empruntent l'omnibus pour Dax et rejoignent Anglet puis Espelette à bicyclette. Martin Garat, boulanger de Larressore, Henri Claverie, mécanicien à Bayonne, et deux cheminots s'occupent de la réception des évadés, de la réparation et du retour des vélos à Dax.

   Cinq nouveaux passeurs sont recrutés (Michel Etchevest, Jean Elizondo, Etchegoyen, Pierre et Jean Baptiste Aguerre) car les raids alliés sur l'Allemagne s'intensifient. De nombreux aviateurs sont encore passés de février 1943 au 4 juin 1944, date du dernier convoi. Entre temps, Franco est devenu le chef de Comète après l'arrestation de "Paul" (le père d'Andrée de Jongh) le 6 juin 1943. II est le seul agent du réseau encore accrédité auprès des Britanniques et assure lui même plusieurs passages, seul ou avec Florentino. II est arrêté à son tour le 18 janvier 1944 à Paris et déporté.


En mémoire de tous les autres
  Ce Site Internet ne peut évoquer le souvenir de tous ceux qui, de Belgique à San Sebastian, au péril de leur liberté et de leur vie, renforçaient l'action de Comète. Ils furent près de 1 700 dont 210 moururent fusillés ou en déportation. Près de 800 aviateurs furent secourus. Leur rapatriement était pour les Alliés d'une grande importance en raison du temps nécessaire à la formation des équipages.
Paul
Fréddéric de Jongh

    Frédéric de Jongh, alias "Paul", père d'Andrée. II remplace sa fille, trop recherchée en Belgique, avant de rejoindre Paris lui aussi pour les mêmes motifs. II renonce à passer en Espagne au moment où Andrée est arrêtée.

    Il revient à Paris. Intercepté sur dénonciation, il est fusillé au Mont Valérien le 28 mars 1944.
Némo
Jean Greindl

    Chef du Réseau Comète de mai 1942 à février 1943, il retisse une toile stratégique qui fonctionna parfaitement et fut très efficace.

    Baron Jean Greindl, alias "Némo", directeur d'une oeuvre de bienfaisance aux nombreuses ramifications en Belgique et Hollande qui servent de couverture et d'intendance à Comète. II est condamné à mort en avril 1943, tué à 38 ans dans le bombardement de la prison où il est interné.

Jacques Cartier
Antoine Ursel

    Comte Antoine d'Ursel, alias "Jacques Cartier", combattant de la guerre 14-18, rentre d'Indochine pour s'engager, sans succès, dans la Royal Air Force. Déjà fortement impliqué dans un réseau de renseignements (Clarence), il devient le responsable pour Comète du secteur Belgique après l'arrestation de "Némo".

    II se noie dans la Bidassoa au cours d'une mission dans la nuit du 22 au 23 décembre 1943. Son corps, retrouvé par les Allemands, et celui du pilote américain Jim Burch qui a péri avec lui, sont d'abord transportés à Biriatou avant de disparaître. Une stèle est dédiée au Comte d'Ursel en surplomb de la Bidassoa.
En mémoire de tous les autres ...
   Bernardo Aracama et Federico Armendoriz, tous deux de San Sebastian, sont les points d'appui de Comète en Éspagne. Le premier a orienté Andrée de Jongh vers Florentino Goicoechea. Mais aussi, "Michou" et "Nadine" Dumond et leurs parents en Belgique, "Charlie" et Elvire Morelle à Valenciennes, Robert Aylé à Paris, Janine de Greef à Anglet, Luis Lizarrituri Unzueta du Consulat de Belgique à San Sebestian...
Epoux Lapeyre
Epoux Lapeyre

     Pour agrandir l'espace d'hébergement de Bayonne, Jean fait appel à Yvonne et Robert Lapeyre membres de sa famille, dont il connaît la détermination, le sérieux et la diligence, qualités que Tante Go appréciera dans la relation d'amitié qu'elle noue avec Yvonne Lapeyre. Le 11 mars 1943 à cinq heures du matin, de façon concomitante à l'arrestation des Dassié, la Gestapo tente d'appréhender le couple Lapeyre mais se trompe d'étage.

     Mettant à profit cette providentielle bévue,Tante Go exhorte ses amis à quitter Bayonne dans la journée pour gagner Londres ou ils pourront continuer leur action.

     Ils reviendront en 1945 dans ce même appartement riche de souvenirs qu'ils habitent encore.


Jean Dassié

     Jean Dassié, valeureux combattant de la guerre 1914-1918 dont il est revenu mutilé. Officier de la Légion d'Honneur, a été atteint au plus profond de lui-même par l'humiliation de la défaite de 1940 et de l'occupation qui s'ensuivit. Bénéficiant d'une position privilégiée en tant que contrôleur du télégraphe il se consacre en un premier temps à des activités de renseignement.

    Il rencontre Comète. Outre sa fonction d'hébergeur, sa vie associative multiple, sa bonne connaissance de la vie locale lui assurent des aides discrètes. Arrêté en mars 1943 dans le cadre de l'affaire d'Urrugne il est déporté à Buchenwald, sa femme et sa fille sont internées à Ravensbruck. En 1945 lors de l'exode, ceux  qui ne peuvent plus marcher sont impitoyablement abattus par les S.S, il s'emploie à sauvegarder ses camarades les plus menacés.

    Il meurt d'épuisement à Paris à l'hôpital de la Salpêtrière le 29 mai 1945 après avoir eu la joie de revoir sa femme et sa fille..

LuLu DassiéLuLu Dassié

     Madame Lucienne SABOULARD-DASSIE est décédée le 5 Juin 2015.

    Elle avait 88 ans. Fille de Jean-Edouard et Cyprienne DASSIE, elle s’engagea aux côtés de  ses parents dans le réseau COMETE.  Elle était plus particulièrement chargée de la réception et de l’accompagnement des aviateurs alliés chez les hébergeurs. De son nom de code « Lulu », elle fut, avec ses parents, arrêtée dans la nuit du 10 au 11 Mars 1943 et déportée au camp de Ravensbrûck. Elle avait 16 ans.

    Ses parents mourront des suites de leur déportation très peu de temps après la Libération. Très engagée pour le devoir de mémoire, elle décida de créer ce site relatant l’histoire de COMETE-SUD.


Conception & réalisation
Copyright © 2007. Tous droits réservés.